Serveuse dans un bar/ restaurant à Tokyo

Après avoir essayé le pôle emploi japonais « Hello Work » et avoir essuyé un gros fail, je n’ai pas baissé les bras et j’ai continué à activement rechercher un job sur Tokyo. Comme tout bon Gaijin qui se respecte, je me suis rendue sur le site Craiglist.

Après avoir écumé les annonces bizarres pour des girlsbar, des AV (adult video) des mecs qui veulent lécher des bottes en cuir contre de l’argent et autres délires bien malsains, j’ai trouvé, fin octobre,  la petite annonce d’un bar/restaurant cherchant une serveuse.

images

De brefs échanges par mail avec un des sous gérants du bar ont suffi pour que je décroche un entretien avec lui.

Je me suis donc rendue à Roppongi au Two Dogs Taproom pour une interview, en anglais. J’étais prise en période d’essai le soir même.

Ne parlant pas bien japonais, j’ai dû apprendre quelques phrases types qui m’ont sauvé la vie quand j’avais des clients nippons !

Comme je suis une fille cool, je vais vous partager mon petit guide de survie (en romaji) pour les futurs ou actuels PVTistes qui ne parle pas japonais.

  • Irasshaimase : A dire quand un client rentre dans le restaurant, un peu comme « bienvenue »
  • Nanmei sama desu ka ? : Combien êtes vous ?
  • Ohitori sama desu ka? : Etes vous seul ?
  • Dozo kochira e : par là, ici
  • Gochuumon wa okimari desu ka ? : Avez vous choisi?
  • Sho sho omachi kudasai : Un moment s’il vous plait
  • Oka ni nani kaarimasuka ? : Autre chose ?
  • Biiru o menyu yorochi deshoo ka ? : Voulez vous le menu des bières ?
  • Onomimono wa ikaga desu ka ? : Souhaitez vous quelque chose à boire ?
  • Ijoo de yoroshii desu ka ? : C’est bon pour vous ? / C’est tout pour vous ?
  • Omatase shimashita ! : Je vous ai fait attendre / Merci pour votre patience
  • Okaikei onegaishimasu : L’addition s’il vous plait
  • Okaikei wa go issho de yoroshii desu ka ? Payez vous ensemble ?
  • Iie, betsu betsu de: Non, séparement
  • Hai, issho de  : Oui, ensemble
  • Omizu : Eau
  • Tabacco o suimasu ka ? Fumez vous ?
  • Mochikaeri wa dekimasu ka? : Est-t-il possible de prendre à emporter ?
  • Oshibori : Serviette
  • Ohachi : Baguettes
  • Ryokucha : Thé vert
  • Urrong (oolong) cha : Thé chinois
  • Haisara : Cendrier
  • Sara : Assiette
  • Aka wain : Vin rouge
  • Shiro wain : Vin Blanc
  • Fourchette : Foku
  • Naifu : couteau
  • Supuun : cuillière

A noté que ce petit lexique vous aidera probablement aussi en tant que client !

En ce qui concerne cette expérience de serveuse, j’ai trouvé ça très sympa et instructif, malgré la fatigue que cela engendre, et le faible salaire (en période d’essai). 

Le lieu et le personnel, autre que le propriétaire du bar, particulièrement froid et distant, sont très agréables.

Je ne m’attarderai pas plus sur le sujet puisque j’ai récemment décidé d’arrêter ce travail. J’ai, en effet eu la possibilité de faire quelque chose qui me plait beaucoup plus, à savoir m’occuper de bébé !

Prochainement, je parlerai de mes cours rémunérés à la Human School!

 

Publicités

De retour sur les internets!

Après une vingtaine jours de silence radio, je poste enfin un article sur mon blog !

maxresdefault

Pour rappel, j’ai déménagé le 3 novembre dernier à Higashi Shinjuku dans une jolie maison qui ne disposait pas encore d’une connexion internet, mis à part un petit coin dans le salon où nous captions légèrement un réseau, surement celui d’un voisin…

Qu’ai-je donc bien pu faire durant cette (presque) abstinence forcée ?
Tout d’abord, j’ai trouvé du travail, ou plutôt plusieurs emplois !
J’ai également commencé mes cours à la Human School en tant que model student.
Avec ces nouvelles leçons, en plus de celles de l’Espace Langue Tokyo, j’ai maintenant 6 heures de cours de japonais par semaine !

J’aurai évidemment l’occasion de vous en parler plus en détail dans des prochains articles (rapidement ! ) 


Maintenant, passons à la maison.

Très spacieuse, nous habitons dorénavant à 6 avec mes amis de 365 degrés japan, Romuald et Quentin, dont je vous invite à voir le blog.

Les photos de la maison meublée par nos soins :

12270337_10154299008219186_636427155_n

la maison

12283331_10154298942214186_1234116136_n

la porte d’entrée

12286072_10154298942614186_1998608276_n (1)

salon

12309226_10154298942959186_684381044_n

cuisine

12278044_10154299002969186_1950728233_n

mon lit

12285738_10154298942674186_2093371413_n

salle de bain

12305496_10154298942794186_749503651_n

salle de bain

12309101_10154299007499186_588800259_n

une des deux toilettes

 

Je déménage ! Goodbye TokyoStay !

Mardi 3 novembre, je quitte ma guest house d’Otsuka pour une maison à Higashi-Shinjuku. Nous ne serons désormais plus 4 mais 6 à vivre en colocation dans ce nouvel habitat de 80m² non loin de Kabukicho, Shin Okubo et de Shinjuku!

_DSC2741

Une maison beaucoup plus spacieuse dotée, entre autres, de trois grandes chambres et sans les problèmes d’électricité que nous avons subi à Otsuka. D’ailleurs, pour en revenir à notre petite histoire avec Tokyo Stay, nous n’avons , bien évidemment, jamais eu de réponse concrète concernant nos soucis dans l’appartement.

En revanche, pour nous réclamer les trois jours de loyer pour ce début novembre, ils étaient « au taquet » pour nous envoyer des mails!

Bref Tokyo Stay, c’était la première et la dernière fois !

Seul petit hic de cette nouvelle maison, nous n’aurons pas internet tout de suite en arrivant. Les démarches sont actuellement en cours, en espérant que ce soit mis en place rapidement.

Pour communiquer, nous utiliserons les nombreux hotspots dans la rue et les connexions wifi des starbucks et autres…

Des photos de la nouvelle maison arriveront donc, quand internet sera opérationnel!

Mes premiers cours de japonais à l’Espace Langue Tokyo

Le 13 octobre dernier débutait ma première semaine de cours de japonais. Durant près de trois mois, je vais ainsi apprendre les bases de la langue nippone.

Après de longues recherches sur internet, mon choix s’est porté sur l’Espace Langue Tokyo, une école franco-japonaise située au 5eme étage du Q Plaza d’Harajuku.

182

Le Q Plaza d’Harajuku, photo google image

Très accueillants, les dirigeants de l’institut nous ont mis, Thibaut et moi, dans la classe des débutants pour le mardi et le jeudi matin.

téléchargement
Notre groupe d’étude, composé de 5 personnes, est animé par une professeure japonaise parlant très bien le français, Yumiko Watanabe.

Je n’ai jamais été aussi contente d’aller en cours ! Les leçons, d’une durée d’une heure et demi, sont précises et très compréhensibles. Yumiko met toute son énergie pour nous faire participer au mieux au exercices. Nous débutons le cours avec une série de 10 hiragana que nous révisons à chaque leçon, puis nous enchaînons avec plusieurs notions de grammaire ainsi que du vocabulaire.

12166760_10154224844644186_1547286917_n

oui oui… peut mieux faire

12166765_10154224844759186_610872546_n

exemple de leçon

Je ne regrette donc pas mon investissement si cela me permet de vite progresser. Je paye 60 770 yens pour les trois mois de cours en trois versements. Il m’en reste deux de 20 000 yens à faire, l’un en novembre, l’autre en décembre prochain.

Je finis cette école le 22 décembre. J’espère être au moins en mesure d’assurer une conversation basique. À ces cours se rajouteront, à partir du 14 novembre, ceux de la Human School, où je serai « model student« ! Les détails viendront dans un futur article…

Inscription à Hello Work

Cette semaine, je me suis inscrite à Hello Work , une sorte de pôle emploi japonais, afin de doubler mes chances pour trouver un « baito » !

12087632_10154200645774186_1741691442_n

Après avoir présenté mon passeport et ma resident card, une employée parlant anglais m’a aidé à remplir une fiche d’information sur ma situation professionnelle et personnelle.

Une conseillère s’est entretenue avec moi par la suite, pour rentrer mon profil dans la base de données d’Hello Work. Sans grande surprise, l’employée m’a fait comprendre qu’il allait être difficile de trouver un boulot en ne parlant pas (encore) la langue.

Maintenant, je peux tout de même être appelée durant mon séjour si mon profil correspond à un quelconque travail….

Elle m’a remis ma carte de « demandeur d’emploi » et m’a invitée à revenir à l’agence dès que mon niveau en japonais se sera amélioré.

12067760_10154200662009186_1655402504_n

Cette expérience, bien que stressante et légèrement frustrante, fut, cependant,très enrichissante. Je n’ai jamais eu l’occasion de pointer à Pôle emploi en France (JE TOUCHE DU BOIS!!!!!).

En temps normal, c’est-à-dire pour ceux qui ont plus de chances et de qualifications que moi, la conseillère vous imprime des offres d’emplois et appelle elle même la ou les entreprises (restaurant, café, autres….) qui vous intéressent. Après avoir résumé votre profil, la conseillère demande au potentiel employeur un futur entretien avec vous. A part vous pointer au rendez vous, vous n’avez donc pas grand chose à faire.

Je ne baisse pas les bras pour autant, je trouverai bien un petit boulot dans les semaines/ mois qui viennent (croisez les doigts pour moi ! )

EDIT: J’ai finalement trouvé un emploi sans l’aide de cette institution 😉

Voici l’adresse pour les futurs demandeurs d’emploi et un petit plan : 42-10, Kabukicho 2-Chōme Shinjuku, Tokyo Japon 160-0021

téléchargement

Photos et présentation de l’appartement

Nous entamons notre troisième semaine à Tokyo, une petite présentation de notre appartement s’impose…

Pour rappel, nous avons réservé cette guest house via TokyoStay en juin dernier pour une durée de un an.

Je vais commencer par les points positifs !! Nous sommes relativement bien situés dans Tokyo, à environ 7 minutes à pied du métro Otsuka sur la Yamanote. 18 minutes nous séparent en transport de Shibuya, 15 de Shinjuku et 2 minutes d’Ikebukuro, trois grands quartiers animés de la capitale japonaise.

Le lieu est agréable, calme au milieu des petites résidences nippones. Nous avons à proximité un mini-stop (combini ouvert 24h/24), un supermarché et un « 100 yens shop »

P1000386P1000387P1000389
Passons maintenant aux défauts…  Au delà de la petite taille de l’appartement à laquelle nous nous attendions, nous avons constaté, à notre arrivée, que le micro-ondes ne marchait pas… Les plombs de TOUTE la maison ont sauté lorsque nous avons tenté de le mettre en marche et les ustensiles de cuisine (cuiseur à riz….) ont été très mal nettoyés.

En ce qui concerne le micro-ondes, nous avons signalé le problème à Tokyo Stay. Ils nous ont répondu de tout éteindre dans la maison pour le faire marcher… En clair, « cuisinez dans le noir, ou ne l’utilisez pas »… A ce jour, le souci n’est toujours pas réglé. Nous nous rendrons à l’agence cette semaine pour nous plaindre une nouvelle fois !

Autre point négatif… Internet est lent… très lent et saute régulièrement! Un véritable enfer pour travailler, pour faire un skype ou pour regarder une série !

Au delà de ces petits imprévus, nous sommes contents de la localisation et du loyer attractif des chambres. Pour vous donner une estimation, Camille et moi nous payons notre chambre 96 000 yens le mois soit 48 000 yens (environ 357 euros ) par personne.

Peut être que nous trouverons mieux durant le séjour, je vous tiendrai évidement au courant !

Voici quelques photos de l’intérieur de la guest house :

P1000465 P1000464 P1000471 P1000470 P1000469 P1000468

Pour les personnes que je n’ai pas sur facebook, j’ai crée un Flickr, si vous voulez voir mes photos c’est par ici que ça se passe!!! ==> https://www.flickr.com/photos/134768761@N02

J’ai un numéro de téléphone japonais!

Mardi 22 septembre, je me suis rendue à Ikebukuro en compagnie de mes amis à la recherche d’un téléphone prépayé. Direction le Labi 1, grand magasin d’électronique où l’on peut trouver tout et n’importe quoi (caméras, appareils photos…)

32_big

Photo trouvée sur google, je n’ai pas eu le temps d’en prendre une par moi même

Plusieurs opérateurs téléphoniques y sont représentés. Notre choix s’est porté sur Softbank. Grâce à notre amie Margaux, française habitant à Tokyo depuis plusieurs années, nous avons été en mesure d’expliquer clairement ce que nous recherchions.

Pour obtenir ce téléphone prépayé, il a fallu présenter notre Resident Card et remplir BEAUCOUP de papiers ! Des démarches qui donnaient l’impression d’acheter un appartement tellement ce fut long !

12030736_10154169801524186_1015439196_n

Deux heures plus tard, nous obtenions notre précieux mobile pour la modique somme de…. 0 Yen ! Les seuls frais qui nous attendent à l’avenir sont les recharges, trouvables dans les combinis. Le montant de ces dernières se situent entre 3 000 et 5 000 yens pour passer des appels et envoyer des sms/mails.

12021840_10154169800789186_247130107_n

Une chance quand on sait que chez AU (autre opérateur téléphonique basé au Japon), les tarifs ne sont pas du tout les mêmes. En effet, le téléphone seul est proposé à un montant de 15 000 yens, auquel s’ajoute 5 000 yens de frais de dossier ainsi qu’une première recharge de 6000 yens…

Ne vous faites donc pas avoir si vous décidez de prendre un portable durant votre visa…

Mon téléphone japonais !

Mon téléphone japonais !

Vol de sous vêtements… L’affaire du pervers fétichiste des petites culottes

Ce qui devait arriver arriva, dans la nuit du 22 au 23 septembre, nous nous sommes fait voler nos sous vêtements que nous avions laissé sécher la nuit sur notre balcon…

téléchargement

L’homme (ou la femme? ) a dû escalader la barrière pour prendre les soutifs de zoé et nos petites culottes ! Plus cliché tu meurs !

Résultats des courses, nous avons passé DEUX HEURES chez les flics pour déclarer le vol ! Procès verbal avec description des sous vêtements volés, prise d’empreintes, et estimations du prix du préjudice…

La police a pris le numéro de téléphone portable de Zoé pour nous recontacter…

Je ne pense pas qu’ils vont les retrouver, mais au moins, nous savons maintenant comment porter plainte au Japon !

Que d’aventures, ça ne fait même pas deux semaines que nous sommes arrivés !

La morale de l’histoire : quand vous habitez au rez de chaussée au Japon, ne laissez pas vos sous vêtements sécher sans garder un œil dessus !

J’ai quand même perdu un joli string Victoria Secret dans l’affaire !

Le Japon c’est trop Thug…

TGS 2015

Petit aparté entre l’installation et les démarches administratives pour vous parler de l’événement auquel nous avons participé samedi dernier : le Tokyo Game Show 2015!

Place pour le Tokyo Game Show 2015

Place pour le Tokyo Game Show 2015

Depuis près de 20 ans à lieu ce salon du jeu vidéo au Makuhari Messe de Chiba non loin de Tokyo. Cette convention réunit également beaucoup d’amoureux du cosplay… et du What the fuck !

P1000160 P1000167

Nous avons payé la place 1000 yens (moins de 10 euros) dans un combini type Lawson, 7 eleven la veille de la convention, au lieu de 1200 yens le jour même ! Un prix auquel il faut ajouter le transport pour aller jusqu’à Chiba. Comptez près de 1200 yens aller/ retour pour les 30 à 40 minutes de train de la gare de Tokyo (Yamanote). 

Plan pour se rendre à la convention

Plan pour se rendre à la convention

Malgré le monde, nous avons passé une agréable journée dans ce salon mieux organisé que certains autres en France!

Je voulais vous poster une petite compilation vidéo de ce que j’ai filmé au TGS mais le temps d’upload est beaucoup trop long dans mon appartement (internet en carton) Il faudra donc attendre un peu, j’irai dans un starbucks pour la mettre en ligne…

Découverte de l’appartement et inscription à la mairie

Lundi 14 septembre, nous avons atterri à Narita après 11h de vol. A l’arrivée, les douanes japonaises nous ont remis notre Alien Registration Card, une carte  »d’identité » pour la durée du séjour à GARDER SUR SOI CONSTAMMENT !

12033622_10154146116544186_2090687859_n

Alien Registration Card

Un (long) trajet en métro nous a permis de rejoindre notre quartier d’accueil : Ōtsuka, situé dans l’arrondissement de Toshima à Tokyo.

12033622_10154146116674186_861391838_n

12033373_10154146116234186_1671185127_n

Métro japonais pour rejoindre Tokyo depuis Narita

Arrivés à la gare, nous nous sommes rendus à l’agence  Tokyo Stay pour récupérer nos clés, payer les deux semaines restantes de septembre, et ainsi découvrir notre appartement !

12026394_10154147688094186_1887155119_n

L’entrée de notre appartement

Cet appartement est situé dans une rue tres calme, à part les grillons, il n’y a pas vraiment de bruit, nous sommes assez éloignés du brouhaha de la gare d’Otsuka.

Apres une bonne nuit de sommeil, nous sommes allés nous inscrire le lendemain à la mairie de l’arrondissement.

N’ayant pas une bonne connaissance du japonais, j’appréhendais assez le moment où j’allais devoir passer devant une des fonctionnaires pour m’enregistrer. Finalement, coup de chance, je suis tombée sur une japonaise qui parlait à peu pres l’anglais, et même quelques mots de français. Un échange courtois avec une personne patiente est toujours plus plaisant qu’un fonctionnaire parisien qui fait la gueule (vécu comme pas mal de gens). J’ai dû donner l’adresse de ma guest house , vérifier les informations sur mon Alien Registration Card et écrire mon nom en Katakana (épreuve! )

Deux heures nous ont suffi pour terminer la paperasse, nous sommes donc maintenant dans la légalité la plus totale !

12029221_10154146112949186_799807661_n

Un des documents remis par la mairie

Prochaine étape, et pas des moindres, l’ouverture du compte à Citybank et un rapide passage à l’ambassade pour se déclarer.

Des photos de l’appartement arriveront dans les prochains jours, j’attends juste que l’on ait rangé toutes nos affaires !